Sacrement des malades

Rencontre avec les visiteuses des malades de l'UP

La date sera confirmée prochainement.

Pastorale de la santé

Bienvenue à la pastorale de la santé ! 

"Une Eglise qui n’aurait plus rien à faire et plus rien à dire là où l’on souffre et là où l’on meurt, là où l’on espère et où l’on guérit, serait-elle encore l’Eglise de Jésus-Christ ? Comment les événements fondamentaux de l’existence ne seraient-ils pas le lieu privilégié et le temps fort de la mission ?" 

Nous vous invitons à visiter le site cantonal.

Sacrement des malades, UP Sainte-Claire

Ce sacrement sera donné aux personnes malades et âgées dans notre Unité Pastorale :

Dimanche 4 mars 2018 à 10h00 à Marly Saints-Pierre-et-Paul et à Ependes
Mardi 6 mars à 16h00 au Home des Epinettes à Marly 
Mercredi 7 mars à 17h15 au Foyer St-Camille à Marly
Jeudi 8 mars à 17 h00 au home des Peupliers à Praroman

Que signifie le sacrement des malades ?
Autrefois, on parlait d'Extrême onction, de dernière onction. Ce geste était destiné aux mourants pour les accompagner lors de leur passage vers la mort.

Depuis la fin du 20ème siècle, l'Eglise catholique a renoué avec une tradition plus ancienne : L'accompagnement des derniers moments c'est d'abord l'Eucharistie reçue en viatique comme nourriture pour la route.

Le sacrement des malades est un sacrement pour recevoir la force de Dieu et pour vivre en espérance. Les personnes éprouvées par la maladie et la souffrance vivent une crise à la fois physique et psychologique. Elles ont besoin de se sentir soutenues, écoutées et accompagnées. Dans la plupart des paroisses, on a mis en place un service évangélique des malades pour remplir cette mission. Notre Unité pastorale Sainte-Claire offre ce service par les Visiteuses et Visiteurs de la Pastorale de la santé.

Le sacrement des malades est un signe qui témoigne de la sollicitude du Christ et de son Eglise à l'égard des malades. Il est fait de gestes concrets destinés à aider la personne malade à retrouver la paix avec elle-même, avec les autres et avec Dieu. - Dès le début, la pratique de l'Eglise s'appuyait sur un passage de la lettre de saint Jacques : "Quelqu'un d'entre vous est-il malade ? Qu'il appelle les presbytres de l'Eglise et que ceux-ci prient sur lui en l'oignant d'huile au nom du Seigneur. La prière faite avec foi sauvera le malade et le Seigneur le rétablira. S'il a commis des péchés, ils lui seront pardonnés."(Jc 5, 13-16)

La tâche du prêtre est donc de prier sur le malade et de l'oindre d'huile. En faisant cette onction, il fait appel à la protection du Seigneur. "Ils agissent à la fois sur le commandement de Jésus et en vertu de sa toute-puissance et de sa force. Tandis qu'ils oignent le malade d'huile et prient sur lui... le Seigneur lui-même est présent. Quand les presbytres invoquent le Seigneur, c'est la toute-puissance de Jésus qui guérit les malades." (Anselm Grüm)

Les éléments les plus importants de l'onction sont l'imposition silencieuse des mains et l'onction avec l'huile d'olive consacrée et donnée au front et aux mains des malades. - Sur notre front, pourquoi ? - Parce que le front, c’est nos pensées, nos décisions, nos sentiments. Et tout cela a besoin d’être fortifié. Sur nos mains, pourquoi ? Les mains, c'est l'action. L'action ! Nous avons péché dans nos actions. C'est vrai, et nous en serons purifiés. Le sacrement des malades a pour but de conférer une grâce et une force au chrétien en souffrance. Il est signe de la tendresse de Dieu pour la personne qui souffre.

22

novembre 2017

Couleur liturgique du jour : blanc.